En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Le lacher

LE LÂCHER

Les détentes actuelles possèdent deux qualités élémentaires: un départ franc et net, ainsi qu’une grande stabilité des réglages. Sauf si vous connaissez parfaitement les réglages, ne la bidouillez donc pas! En particulier, ne chatouillez pas l’engagement, il en va de la sécurité de tous. Si le départ ne vous satisfait plus, demandez à un réel connaisseur de vous apprendre à la régler, avec un peson: il y aura des surprises!

 

1 – POSITION DE L’INDEX :

La position de l’index doit tenir compte du poids de détente, à l’exclusion des autres considérations. Une détente légère – moins de 100 grammes– permet un placement de la dernière phalange, au point de sensibilité maximale (départ des empreintes digi­tales).

 

Une détente plus lourde –de 100 à 250 grammes– nécessite un placement de la queue de détente à l’articulation de la dernière phalange. Placée sur la dernière phalange, une détente lourde écrase les terminaisons nerveuses, ce qui entraîne une importante perte de sensibilité.

 

2 – POSITION DE LA QUEUE DE DÉTENTE :

Il s’agit d’un point important: lorsque le point dur est atteint, l’action de l’index doit se faire strictement vers l’arrière. Le réglage en longueur doit donc se faire non au repos, mais détente amenée au point de décrochage.

 

3 – LE LÂCHER :

L’action sur le système de détente constitue le lâcher proprement dit qui commence dès que l’on aborde le point dur. Cette action doit permettre de vaincre le poids de détente sans à coup, tout en maintenant la bouche du canon dans la zone de stabilité.

 

La difficulté majeure provient de la coordination neuro–musculaire réalisée dans des domaines très différents: les récepteurs de la sensibilité musculaire et tendi­neuse (position), la vue (visée), la respiration, et la sensibilité de l’index droit, à considérer absolument indépendant du reste de la main.

 

Dès que les informations enregistrées dans le cerveau par les répétitions réussies ne sont plus strictement identiques à celles fournies par l’activité en cours, l’action sur la détente doit impérativement cesser. C’est pourquoi la concentration doit se travailler à l’entraînement avec la même rigueur qu’en match, et que la travail qualitatif a plus de valeur que le travail quantitatif.

 

Le lâcher peut être réalisé de plusieurs manières que l’on doit connaître, chacune ayant ses applications propres.

 

4 - LE LÂCHER CONSCIENT :

C’est le lâcher de la majorité des tireurs: le doigt actionne volontairement la détente dès que l’œil perçoit une bonne image de visée, avec une stabilité satisfai­sante. Cette action, mal coordonnée chez les débutants, provoque des réactions secondaires intempestives, principalement dues à un décalage dans le temps: le coup part alors que l’image de visée n’est plus optimale, et il est souvent accompagné de réactions muscu­laires modifiant la position et l’équilibre de l’arme.

 

Il faut entraîner son doigt pour que l’action ait lieu dès que l’image de visée est perçue par l’œil. Plus tôt, c’est trop tôt, plus tard, c’est trop tard... L’entraînement est strictement individuel, fixé par des milliers de répétitions parfaites et analysées comme telles. Questionnez un bon tireur sur son lâcher, vous serez édifiés: il ne sait pas exprimer comment il lâche bien, mais il sait quand il lâche mal! Et le but n’est pas de lâcher que de très bonnes balles, c’est surtout de ne pas lâcher les mauvaises: on gagne un match lorsque l’on a évité de lâcher les crottes!

 

5 – LE LÂCHER INCONSCIENT :

C’est la méthode la plus sûre pour un tireur très stable et entraîné, sans tensions particulières et correctement concentré. Une fois la position bien contrôlée, le tireur «prépare sa détente»: il cherche le point dur, puis accentue progressivement la pression. La concentration se porte uniquement sur la visée («je vois le visuel bien rond et bien noir, et je tire un dix...») et par conséquent sur le maintien de la stabilité.

 

Le décrochage survient «à l’improviste», sans aucun mouvement parasite: si la visée est réellement correcte, c’est la mouche assurée… pour un tireur méticuleux.

 

C’est aussi le lâcher des départs «fortuits», que l’on croit perdus d’avance et qui arrivent dans la mouche: votre inconscient a fait tout le travail, merci pour lui!

 

6 – LE LÂCHER EN PULSION :

Il s’agit d’une variante perfectionnée du lâcher conscient, utilisée par la majorité des tireurs des «pays de l’est», le plus souvent avec une détente directe. Il consiste à «pomper» et de relâcher la détente, abaissant ainsi le seuil de perception de la pression terminale. Ce lâcher demande une bonne stabilité, et une grande expérience, car il est difficile de différencier pulsion et coup de doigt. Cependant, il est très efficace par temps froid, lorsque l’index a perdu sa sensibilité, et pour des détentes plutôt lourdes.

 

7 – LA TENUE :

C’est une phase délicate de la fin du lâcher. Le départ du coup ou son anticipation incite à reposer l’arme ou à reprendre sa respiration, et il en résulte des écarts ou des arrachés inexplicables: le repos ne se doit qu’après avoir logé la balle dans la mouche!

 

La tenue consiste donc à maintenir la position et la visée pendant un court instant après le départ du coup (par ex. 3 secondes).

 

8 - L’ANNONCE :

C’est la faculté d’analyser le départ du coup et la visée réelle au décrochage. Pour un tireur entraîné, l’annonce est précise au point et à «l’heure» près. L’annonce correcte est primordiale pour progresser, car elle permet d’analyser les insuffisances ou les erreurs techniques, mais aussi et surtout de se faire l’expérience du geste correct (encore le biofeedback!). Le travail de l’annonce est un facteur important de progrès, par l’obligation de mémoriser efficacement la dernière image de visée au départ du coup: les bons annonceurs sont des bons tireurs.


 

9 - RÉGLAGE DE DÉTENTE :

La force de départ de détente n’est pas le critère déterminant, entre 100 et 120 grammes, la plupart des tireurs ne font pas la différence.

 

Ce qui importe, c’est:

  • le différentiel entre le «poids» de la course d’approche et le «poids» résiduel: un bon compromis de début est de 2/3 + 1/3: par exemple 100 grammes + 50 grammes
  • la course réelle de la phase d’approche (1ère bossette) et le déclenchement du mécanisme: plus la course est réduite, moins on a à «chercher» le départ, mais plus la maîtrise doit être fine - les anglo–saxons et les pays «de l’est» tirent en écrasante majorité avec des détentes directes
  • la netteté du départ (pas grattage, pas de flou) : mais l’engagement est un des points importants pour la sécurité
  • la reproductibilté (fidélité de la sensation) : il y a de bonnes détentes, et de moins bonnes!

 


Date de création : 30/05/2006 : 04:23
Catégorie : - Carabine - Tir couché