En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

News des médias - RTL info

RTL Info - Belgique


Toute l'actualité belge - 24h/24 - 7j/7 en texte mais aussi en images et en vidéos


Un voisin attentif évite un incendie à Forest 

(Belga) Un homme a évité la propagation d'un incendie vers 15h00 samedi avenue de Fléron, à Forest. Il a évacué deux de ses voisins alors qu'un feu s'était déclaré chez eux et a eu le réflexe de fermer la porte. Personne n'a été blessé.

Les flammes ont démarré dans la cuisine d'un logement social de trois étages. L'intervention rapide d'un voisin a permis d'évacuer les habitants. "Il a eu le bon réflexe de fermer la porte de la cuisine, où l'incendie s'est déclaré, ce qui a retardé celui-ci et permis de limiter les dégâts", indique Walter Derieuw, porte-parole des pompiers de Bruxelles. Les deux résidents et leur voisin ont été soignés sur place. Ce dernier a reçu de l'oxygène car il avait inhalé de la fumée. La cause était accidentelle. (Belga)

Un voisin attentif évite un incendie à Forest 

(Belga) Un homme a évité la propagation d'un incendie vers 15h00 samedi avenue de Fléron, à Forest. Il a évacué deux de ses voisins alors qu'un feu s'était déclaré chez eux et a eu le réflexe de fermer la porte. Personne n'a été blessé.

Les flammes ont démarré dans la cuisine d'un logement social de trois étages. L'intervention rapide d'un voisin a permis d'évacuer les habitants. "Il a eu le bon réflexe de fermer la porte de la cuisine, où l'incendie s'est déclaré, ce qui a retardé celui-ci et permis de limiter les dégâts", indique Walter Derieuw, porte-parole des pompiers de Bruxelles. Les deux résidents et leur voisin ont été soignés sur place. Ce dernier a reçu de l'oxygène car il avait inhalé de la fumée. La cause était accidentelle. (Belga)

(11/07/2020 : 20:48)

Une centaine de personnes dénoncent le racisme et les violences policières à Namur 

(Belga) Une marche pacifique contre le racisme et les violences policières a réuni une centaine de personnes, samedi à Namur. Elle était organisée par le Haut conseil des Africains de la province de Namur.

La manifestation a débuté devant l'Hôtel de Ville à 16h00, en présence du bourgmestre, Maxime Prévot. Les militants ont ensuite marché pacifiquement dans la rue de Fer et formé une chaîne humaine, tout en gardant leurs distances au vu des mesures sanitaires. "Les violences policières liées au racisme sont une réalité, tout comme la discrimination au logement et à l'emploi", a regretté Stephen Tedajo, président du Haut conseil des Africains de la province de Namur. "C'est notre quotidien et nous exigeons que cela change. Nous avons organisé un colloque sur le sujet avec la Ville en février, il faut maintenant du concret." Il est question de la création d'un observatoire afin de monitorer toutes les déviances commises au quotidien. Le Haut conseil attend aussi des mesures contraignantes. A ce titre, Stephen Tedajo invite notamment les autorités à encourager les CV anonymes, "pour que l'on se recentre sur les qualités réelles et non la race". De son côté, Maxime Prévot a assuré son soutien aux manifestants. Il a également confirmé que le dossier était dans les mains du président du CPAS et que des actions seront formulées prochainement. (Belga)

Une centaine de personnes dénoncent le racisme et les violences policières à Namur 

(Belga) Une marche pacifique contre le racisme et les violences policières a réuni une centaine de personnes, samedi à Namur. Elle était organisée par le Haut conseil des Africains de la province de Namur.

La manifestation a débuté devant l'Hôtel de Ville à 16h00, en présence du bourgmestre, Maxime Prévot. Les militants ont ensuite marché pacifiquement dans la rue de Fer et formé une chaîne humaine, tout en gardant leurs distances au vu des mesures sanitaires. "Les violences policières liées au racisme sont une réalité, tout comme la discrimination au logement et à l'emploi", a regretté Stephen Tedajo, président du Haut conseil des Africains de la province de Namur. "C'est notre quotidien et nous exigeons que cela change. Nous avons organisé un colloque sur le sujet avec la Ville en février, il faut maintenant du concret." Il est question de la création d'un observatoire afin de monitorer toutes les déviances commises au quotidien. Le Haut conseil attend aussi des mesures contraignantes. A ce titre, Stephen Tedajo invite notamment les autorités à encourager les CV anonymes, "pour que l'on se recentre sur les qualités réelles et non la race". De son côté, Maxime Prévot a assuré son soutien aux manifestants. Il a également confirmé que le dossier était dans les mains du président du CPAS et que des actions seront formulées prochainement. (Belga)

(11/07/2020 : 19:40)

Inauguration d'une consigne et c'un parking pour motards à Dinant 

(Belga) La ministre wallonne du Tourisme et de la Sécurité routière, Valérie De Bue, a inauguré samedi un service de consigne et un parking destiné aux motards à Dinant.

La consigne est située rue Saint-Martin, à côté de l'Hôtel de Ville et à deux pas de la Croisette. Elle est l'oeuvre de la Ville de Dinant et de l'asbl Fedemot, avec le soutien de la Région wallonne. Ouverte depuis le 4 juin, elle est accessible de 10h30 à 18h30 les week-ends et jour fériés en période touristique. Les motards peuvent y déposer leurs affaires au tarif de cinq euros. En parallèle, un parking réservé aux motos a été aménagé dans la rue Saint-Martin. Le stationnement y est gratuit, tout comme dans les deux autres parkings dédiés de la ville. "Cette consigne est un projet pilote et j'espère qu'il servira d'exemple à d'autres communes wallonnes", a souligné Valérie De Bue. "Les motards sont de très bons ambassadeurs touristiques et il est important de les accueillir dans les meilleures conditions. (...) Ils pourront ici être sensibilisés au travers des différentes campagnes de l'Agence wallonne pour la Sécurité routière. C'est donc un projet intégré et je m'en réjouis", a-t-elle conclu. Les autorités dinantaises ont également annoncé la création du Moto Pass, une carte offrant de nombreux avantages chez les différents acteurs du tourisme local. Toutes les infos sur https://dinant.moto.be. (Belga)

Inauguration d'une consigne et c'un parking pour motards à Dinant 

(Belga) La ministre wallonne du Tourisme et de la Sécurité routière, Valérie De Bue, a inauguré samedi un service de consigne et un parking destiné aux motards à Dinant.

La consigne est située rue Saint-Martin, à côté de l'Hôtel de Ville et à deux pas de la Croisette. Elle est l'oeuvre de la Ville de Dinant et de l'asbl Fedemot, avec le soutien de la Région wallonne. Ouverte depuis le 4 juin, elle est accessible de 10h30 à 18h30 les week-ends et jour fériés en période touristique. Les motards peuvent y déposer leurs affaires au tarif de cinq euros. En parallèle, un parking réservé aux motos a été aménagé dans la rue Saint-Martin. Le stationnement y est gratuit, tout comme dans les deux autres parkings dédiés de la ville. "Cette consigne est un projet pilote et j'espère qu'il servira d'exemple à d'autres communes wallonnes", a souligné Valérie De Bue. "Les motards sont de très bons ambassadeurs touristiques et il est important de les accueillir dans les meilleures conditions. (...) Ils pourront ici être sensibilisés au travers des différentes campagnes de l'Agence wallonne pour la Sécurité routière. C'est donc un projet intégré et je m'en réjouis", a-t-elle conclu. Les autorités dinantaises ont également annoncé la création du Moto Pass, une carte offrant de nombreux avantages chez les différents acteurs du tourisme local. Toutes les infos sur https://dinant.moto.be. (Belga)

(11/07/2020 : 19:33)

Incendie sur le site d'Umicore à Hoboken 

(Belga) Une bref incendie s'est déclaré samedi sur le site de l'entreprise de technologie des matériaux Umicore à Hoboken (Anvers), indiquent les pompiers anversois. Le feu était limité et a été rapidement maîtrisé. Les habitants des environs ont toutefois été invités à garder portes et fenêtres fermées. L'entreprise n'était pas en mesure d'indiquer la cause des flammes.

La société Umicore a fait parler d'elle dans la presse cette semaine, après qu'il est apparu que des quantités trop élevées de plomb ont été constatées dans le sang d'enfants vivant près de l'usine à Hoboken. Ces paramètres sont régulièrement vérifiés chez les habitants. Un incendie survenu sur le site en mars dernier pourrait être l'un des facteurs à l'origine de ces concentrations trop élevées. Un autre feu s'était encore déclaré fin avril. Umicore a proposé de dédommager des familles avec enfants qui souhaiteraient déménager. (Belga)

Incendie sur le site d'Umicore à Hoboken 

(Belga) Une bref incendie s'est déclaré samedi sur le site de l'entreprise de technologie des matériaux Umicore à Hoboken (Anvers), indiquent les pompiers anversois. Le feu était limité et a été rapidement maîtrisé. Les habitants des environs ont toutefois été invités à garder portes et fenêtres fermées. L'entreprise n'était pas en mesure d'indiquer la cause des flammes.

La société Umicore a fait parler d'elle dans la presse cette semaine, après qu'il est apparu que des quantités trop élevées de plomb ont été constatées dans le sang d'enfants vivant près de l'usine à Hoboken. Ces paramètres sont régulièrement vérifiés chez les habitants. Un incendie survenu sur le site en mars dernier pourrait être l'un des facteurs à l'origine de ces concentrations trop élevées. Un autre feu s'était encore déclaré fin avril. Umicore a proposé de dédommager des familles avec enfants qui souhaiteraient déménager. (Belga)

(11/07/2020 : 19:18)

Formation fédérale - Bart De Wever fait aussi de la question de l'avortement un point de rupture 

(Belga) Après le CD&V, la N-VA estime également que la loi avortement constitue un point de rupture dans le processus de formation d'un gouvernement fédéral. Les deux partis sont opposés à la proposition des libéraux, socialistes, des verts et du PTB d'assouplir la loi. "Je peux vous dire que si des partis donnent le feu vert à une loi que je trouve scandaleuse, ce sera compliqué de faire comme si de rien n'était avec eux le lendemain", a déclaré Bart de Wever samedi au micro de la VRT.

Le texte revoit plusieurs des grands principes de la loi de 1990 qui dépénalisait pour la première fois partiellement l'avortement en Belgique. Le délai dans lequel une interruption volontaire de grossesse peut être réalisée passe de 12 à 18 semaines de grossesse, le délai de réflexion est réduit à 48 heures et l'IVG est totalement dépénalisée, sous réserve d'une qualification de coups et blessures si les conditions ne sont pas respectées. La proposition est soutenue par une large majorité de socialistes, libéraux, d'écologistes, le PTB et DéFI. Le CD&V, la N-VA et le Vlaams Belang s'y opposent farouchement. Le texte aurait du être voté la semaine dernière mais les trois partis avaient demandé ce deuxième avis au Conseil d'Etat. Ce dernier a remis vendredi son avis à propos des amendements déposés par les opposants à la proposition de loi et les débats sur ce texte pourraient reprendre en séance plénière de la Chambre. La question menace de compliquer les discussions en vue de la formation d'un gouvernement fédéral, sur laquelle planche le trio de présidents Joachim Coens (CD&V), Georges-Louis Bouchez (MR) et Egbert Lachaert (Open Vld), autour d'un scénario de coalition Arizona embarquant la N-VA, le cdH et le sp.a. Sauf que ces partis sont divisés sur la question de l'avortement. Pour le président du CD&V, Joachim Coens, cette proposition de loi constitue une affaire de gouvernement et devrait donc être discutée dans ce cadre. A présent, c'est au tour de Bart De Wever de mettre la pression, principalement sur les libéraux. "Je peux vous dire que si des partis donnent le feu vert à une loi que je trouve scandaleuse, ce sera compliqué de faire comme si de rien n'était avec eux le lendemain", a affirmé samedi le président de la N-VA. "C'est en fait impossible, ça ne fonctionnera pas. Si ces partis pensent qu'ils peuvent sur cette base former un gouvernement avec les socialistes, les communistes et les verts, ils n'ont qu'à le faire. Ce sera un gouvernement nul en Flandre, avec zéro soutien." (Belga)

Formation fédérale - Bart De Wever fait aussi de la question de l'avortement un point de rupture 

(Belga) Après le CD&V, la N-VA estime également que la loi avortement constitue un point de rupture dans le processus de formation d'un gouvernement fédéral. Les deux partis sont opposés à la proposition des libéraux, socialistes, des verts et du PTB d'assouplir la loi. "Je peux vous dire que si des partis donnent le feu vert à une loi que je trouve scandaleuse, ce sera compliqué de faire comme si de rien n'était avec eux le lendemain", a déclaré Bart de Wever samedi au micro de la VRT.

Le texte revoit plusieurs des grands principes de la loi de 1990 qui dépénalisait pour la première fois partiellement l'avortement en Belgique. Le délai dans lequel une interruption volontaire de grossesse peut être réalisée passe de 12 à 18 semaines de grossesse, le délai de réflexion est réduit à 48 heures et l'IVG est totalement dépénalisée, sous réserve d'une qualification de coups et blessures si les conditions ne sont pas respectées. La proposition est soutenue par une large majorité de socialistes, libéraux, d'écologistes, le PTB et DéFI. Le CD&V, la N-VA et le Vlaams Belang s'y opposent farouchement. Le texte aurait du être voté la semaine dernière mais les trois partis avaient demandé ce deuxième avis au Conseil d'Etat. Ce dernier a remis vendredi son avis à propos des amendements déposés par les opposants à la proposition de loi et les débats sur ce texte pourraient reprendre en séance plénière de la Chambre. La question menace de compliquer les discussions en vue de la formation d'un gouvernement fédéral, sur laquelle planche le trio de présidents Joachim Coens (CD&V), Georges-Louis Bouchez (MR) et Egbert Lachaert (Open Vld), autour d'un scénario de coalition Arizona embarquant la N-VA, le cdH et le sp.a. Sauf que ces partis sont divisés sur la question de l'avortement. Pour le président du CD&V, Joachim Coens, cette proposition de loi constitue une affaire de gouvernement et devrait donc être discutée dans ce cadre. A présent, c'est au tour de Bart De Wever de mettre la pression, principalement sur les libéraux. "Je peux vous dire que si des partis donnent le feu vert à une loi que je trouve scandaleuse, ce sera compliqué de faire comme si de rien n'était avec eux le lendemain", a affirmé samedi le président de la N-VA. "C'est en fait impossible, ça ne fonctionnera pas. Si ces partis pensent qu'ils peuvent sur cette base former un gouvernement avec les socialistes, les communistes et les verts, ils n'ont qu'à le faire. Ce sera un gouvernement nul en Flandre, avec zéro soutien." (Belga)

(11/07/2020 : 18:46)

Quelques dizaines de personnes se sont étreintes au "rideau des câlins" samedi à Maurage 

(Belga) Quelques dizaines de personnes ont profité du "rideau des câlins" installé à Maurage pour briser le manque de toucher consécutif à la crise du coronavirus et aux mesures de distanciation. La structure a permis aux citoyens d'étreindre leurs proches sans danger, grâce à un dispositif en plastique.

Un cadre en bois auquel avait été accrochée une grande bâche en plastique dotée de manches pour y glisser les bras a permis aux citoyens, samdi à Maurage, d'enfin éteindre leurs proches, respectant ainsi les mesures de distanciation physique. Le "rideau des câlins" avait été installé samedi sur la place du village, l'initiative de la Ville de La Louvière. "Nous avons accueilli des citoyens de Manage et des villages environnants, notamment de Boussoit, Trivières, La Hestre", a expliqué Ketty Ignini, du service Plan de cohésion sociale de La Louvière, en charge de l'animation du Rideau des Câlins. "Le plus souvent, des duos parents-enfants se sont présentés. Le dispositif, équipé de barrières nadar, garantissait la distanciation physique. Les personnes enfilaient, après s'être désinfecté les mains, de grands gants de vétérinaire à usage unique et se présentaient au 'rideau' pour s'étreindre en toute sécurité." L'initiative sera répétée le 18 juillet sur la place du village de l'entité louviéroise de Trivières. (Belga)

Quelques dizaines de personnes se sont étreintes au "rideau des câlins" samedi à Maurage 

(Belga) Quelques dizaines de personnes ont profité du "rideau des câlins" installé à Maurage pour briser le manque de toucher consécutif à la crise du coronavirus et aux mesures de distanciation. La structure a permis aux citoyens d'étreindre leurs proches sans danger, grâce à un dispositif en plastique.

Un cadre en bois auquel avait été accrochée une grande bâche en plastique dotée de manches pour y glisser les bras a permis aux citoyens, samdi à Maurage, d'enfin éteindre leurs proches, respectant ainsi les mesures de distanciation physique. Le "rideau des câlins" avait été installé samedi sur la place du village, l'initiative de la Ville de La Louvière. "Nous avons accueilli des citoyens de Manage et des villages environnants, notamment de Boussoit, Trivières, La Hestre", a expliqué Ketty Ignini, du service Plan de cohésion sociale de La Louvière, en charge de l'animation du Rideau des Câlins. "Le plus souvent, des duos parents-enfants se sont présentés. Le dispositif, équipé de barrières nadar, garantissait la distanciation physique. Les personnes enfilaient, après s'être désinfecté les mains, de grands gants de vétérinaire à usage unique et se présentaient au 'rideau' pour s'étreindre en toute sécurité." L'initiative sera répétée le 18 juillet sur la place du village de l'entité louviéroise de Trivières. (Belga)

(11/07/2020 : 17:19)

Des individus tirent à la kalachnikov sur un bar à Asse 

Le bar lounge Cigno, situé le long de la Brusselsesteenweg à Zellik (Asse, Brabant flamand), a été visé dans la nuit de jeudi à vendredi par des tirs d'une arme de type AK-47, mieux connue sous le nom de kalachnikov. L'établissement était fermé au moment des faits. Personne n'a été blessé, indique samedi le parquet de Hal-Vilvorde.

"Au moins neuf balles ont été tirées sur la façade et la porte d'entrée du bar. Les auteurs sont recherchés", précise Gilles Blondeau, substitut du procureur du Roi au parquet de Hal-Vilvoorde.

Des individus tirent à la kalachnikov sur un bar à Asse 

Le bar lounge Cigno, situé le long de la Brusselsesteenweg à Zellik (Asse, Brabant flamand), a été visé dans la nuit de jeudi à vendredi par des tirs d'une arme de type AK-47, mieux connue sous le nom de kalachnikov. L'établissement était fermé au moment des faits. Personne n'a été blessé, indique samedi le parquet de Hal-Vilvorde.

"Au moins neuf balles ont été tirées sur la façade et la porte d'entrée du bar. Les auteurs sont recherchés", précise Gilles Blondeau, substitut du procureur du Roi au parquet de Hal-Vilvoorde.

(11/07/2020 : 16:07)

Jan Jambon prêt pour le confédéralisme: "Il faut préparer le transfert de compétences vers les Régions" 

Ce samedi 11 juillet, en ce jour de festivités pour la communauté flamande, le ministre-président flamand Jan Jambon n'a pas hésité à rappeler ses fondamentaux avec pour objectif le confédéralisme. Il a même proposé de répartir certaines compétences fédérales à deux ministres: l’un néerlandophone et l’autre francophone.

"Pourquoi? Parce qu'il y a une grande différence entre les deux marchés de l'emploi. En Flandre, nous avons l'ambition d'évoluer vers un taux d'emploi de 80%. La Wallonie, à ce moment-ci, est à 60%. Donc les défis pour les deux gouvernements sont tout à fait différents", a expliqué Jan Jambon à notre micro.

Je pense que le PS doit faire une politique de travail en Wallonie comme on le ferait en Flandre

C'est également une occasion de rappeler que les souhaits des socialistes francophones divergent avec ceux des nationalistes flamands. "Je pense que le PS doit faire une politique de travail en Wallonie comme on le ferait en Flandre, je ne pense pas que cela les intéresserait. La Wallonie vote à gauche et choisit un autre modèle que la Flandre", a précisé le ministre-président flamand.

Pour Jan Jambon, les défis sont aussi différents en matière de soins de santé. Le ministre-président flamand n'a d'ailleurs pas hésité à utiliser une métaphore pour bien faire comprendre la différence. "On a peut-être deux maladies. En Flandre et en Wallonie. Mais ce n'est pas la même maladie, donc on doit avoir des médicaments différents pour les deux communautés", a confié Jan Jambon.

Un autre modèle mais pas question pour autant d'augmenter le nombre de ministres. "Le gouvernement fédéral compte 15 ministres. Je ne veux pas augmenter ce nombre. On parle de répartir les compétences. Il est parfaitement possible d'avoir un ministre de l'Emploi qui rédige une note gouvernementale pour les néerlandophones d'une part et les francophones d'autre part", a-t-il ajouté.

Réaction de la Première ministre

Pour ce jour de festivités, la Première ministre s'est aussi prononcée sur cette proposition. "Je ne pense pas que ce soit nécessaire et je ne le mettrai personnellement pas sur la table", a répondu Sophie Wilmès. Les prochaines négociations pour former un gouvernement risquent donc d'être encore plus compliquées.

Jan Jambon prêt pour le confédéralisme: "Il faut préparer le transfert de compétences vers les Régions" 

Ce samedi 11 juillet, en ce jour de festivités pour la communauté flamande, le ministre-président flamand Jan Jambon n'a pas hésité à rappeler ses fondamentaux avec pour objectif le confédéralisme. Il a même proposé de répartir certaines compétences fédérales à deux ministres: l’un néerlandophone et l’autre francophone.

"Pourquoi? Parce qu'il y a une grande différence entre les deux marchés de l'emploi. En Flandre, nous avons l'ambition d'évoluer vers un taux d'emploi de 80%. La Wallonie, à ce moment-ci, est à 60%. Donc les défis pour les deux gouvernements sont tout à fait différents", a expliqué Jan Jambon à notre micro.

Je pense que le PS doit faire une politique de travail en Wallonie comme on le ferait en Flandre

C'est également une occasion de rappeler que les souhaits des socialistes francophones divergent avec ceux des nationalistes flamands. "Je pense que le PS doit faire une politique de travail en Wallonie comme on le ferait en Flandre, je ne pense pas que cela les intéresserait. La Wallonie vote à gauche et choisit un autre modèle que la Flandre", a précisé le ministre-président flamand.

Pour Jan Jambon, les défis sont aussi différents en matière de soins de santé. Le ministre-président flamand n'a d'ailleurs pas hésité à utiliser une métaphore pour bien faire comprendre la différence. "On a peut-être deux maladies. En Flandre et en Wallonie. Mais ce n'est pas la même maladie, donc on doit avoir des médicaments différents pour les deux communautés", a confié Jan Jambon.

Un autre modèle mais pas question pour autant d'augmenter le nombre de ministres. "Le gouvernement fédéral compte 15 ministres. Je ne veux pas augmenter ce nombre. On parle de répartir les compétences. Il est parfaitement possible d'avoir un ministre de l'Emploi qui rédige une note gouvernementale pour les néerlandophones d'une part et les francophones d'autre part", a-t-il ajouté.

Réaction de la Première ministre

Pour ce jour de festivités, la Première ministre s'est aussi prononcée sur cette proposition. "Je ne pense pas que ce soit nécessaire et je ne le mettrai personnellement pas sur la table", a répondu Sophie Wilmès. Les prochaines négociations pour former un gouvernement risquent donc d'être encore plus compliquées.

(11/07/2020 : 19:41)

"Ici, ils le portent d'eux-mêmes": les clients respectent-ils bien l'obligation du port du masque dans les commerces? 

Rendez-vous est pris à Liège pour Julien Modave, notre journaliste, venu tâter le terrain après l'entrée en vigueur d'une nouvelle règle. Dorénavant, en Belgique, le port du masque est obligatoire dans une série de lieux fermés, y compris dans les commerces. Les travailleurs y sont aussi soumis. 

Mais cette règle est-elle bien respectée ? Sur place, la tendance est actuellement positive. "Les clients portent le masque par eux-mêmes, ils entrent naturellement et nous proposons de se désinfecter les mains", nous explique même Valérie Garroy, conseillère beauté installée à Liège. Cette dernière nous raconte même que les parfums, dont l'odeur est prépondérante, sont toujours accessibles et ce, même avec le masque. Comment ? En décrivant les odeurs ou en sentant le tout au travers de son masque.

Notons que le port du masque est aussi rendu obligatoire dans les parkings souterrains. Reste maintenant à évaluer le respect global de cette nouvelle règle sur la durée. Pour rappel, les commerçants ont prévu, pour certains, de faire appel à la police en cas de non-respect du port du masque.

"Ici, ils le portent d'eux-mêmes": les clients respectent-ils bien l'obligation du port du masque dans les commerces? 

Rendez-vous est pris à Liège pour Julien Modave, notre journaliste, venu tâter le terrain après l'entrée en vigueur d'une nouvelle règle. Dorénavant, en Belgique, le port du masque est obligatoire dans une série de lieux fermés, y compris dans les commerces. Les travailleurs y sont aussi soumis. 

Mais cette règle est-elle bien respectée ? Sur place, la tendance est actuellement positive. "Les clients portent le masque par eux-mêmes, ils entrent naturellement et nous proposons de se désinfecter les mains", nous explique même Valérie Garroy, conseillère beauté installée à Liège. Cette dernière nous raconte même que les parfums, dont l'odeur est prépondérante, sont toujours accessibles et ce, même avec le masque. Comment ? En décrivant les odeurs ou en sentant le tout au travers de son masque.

Notons que le port du masque est aussi rendu obligatoire dans les parkings souterrains. Reste maintenant à évaluer le respect global de cette nouvelle règle sur la durée. Pour rappel, les commerçants ont prévu, pour certains, de faire appel à la police en cas de non-respect du port du masque.

(11/07/2020 : 13:50)

Budget wallon: "Nous nous attendons à un trou béant", annonce Elio Di Rupo 

Initialement annoncé au printemps et alors que la Région poursuit son travail autour d'un futur budget base zéro, le conclave budgétaire wallon, marqué par la crise du coronavirus et ses lourdes conséquences économiques, a finalement débuté ce samedi après-midi pour se terminer en fin de semaine prochaine, estime-t-on jeudi du côté du cabinet du ministre régional du Budget, Jean-Luc Crucke.

"Nous nous attendons à une situation inédite et abyssale", a déjà annoncé jeudi, le ministre-président wallon, Elio Di Rupo (PS). "Tout ce qu'on a raconté jusqu'ici en matière d'orthodoxie budgétaire a volé en éclat à cause de la crise. Nous nous attendons à un trou béant en termes de recettes et nos dépenses sont obligatoires pour répondre aux besoins", a-t-il ajouté en se déclarant néanmoins "optimiste". "Optimiste, car il faut toujours regarder et penser l'après. Comment va-t-on s'en sortir? C'est à ça qu'il faut réfléchir aujourd'hui", a-t-il dit.

Début juin, le ministre Crucke (MR) s'était quant à lui déclaré "serein" à l'idée de ce conclave même si, selon un scénario basé sur les chiffres du mois passé, le PIB régional pourrait chuter de 10,6% cette année, avant de regagner 8,2% l'an prochain.

La Wallonie aurait besoin de 4,221 milliards

Selon ce même scénario, l'impact négatif sur les recettes, lui, atteindrait 720,4 millions d'euros cette année et 632,6 millions en 2021 tandis que les dépenses s'élèveraient à 1,134 milliard en 2020, dont 709 millions de dépenses hors trajectoire budgétaire. Quant aux besoins de financement de la Wallonie, ils se monteraient à un total de 4,221 milliards d'euros, dont 2,792 milliards de financement initial et 1,429 milliard lié au covid-19.

Depuis, M. Crucke a assuré que ces besoins étaient "totalement couverts par les emprunts que nous avons réalisés sur les marchés", à un taux moyen de 0,745% pour la trentaine d'opérations réalisées. Parvenir à une couverture des besoins actuels de la Région, "c'était l'objectif que nous nous étions assignés avant l'ajustement budgétaire" qui doit débuter ce samedi. "Nous pouvons aujourd'hui y arriver sereinement", avait encore souligné le ministre.

Budget wallon: "Nous nous attendons à un trou béant", annonce Elio Di Rupo 

Initialement annoncé au printemps et alors que la Région poursuit son travail autour d'un futur budget base zéro, le conclave budgétaire wallon, marqué par la crise du coronavirus et ses lourdes conséquences économiques, a finalement débuté ce samedi après-midi pour se terminer en fin de semaine prochaine, estime-t-on jeudi du côté du cabinet du ministre régional du Budget, Jean-Luc Crucke.

"Nous nous attendons à une situation inédite et abyssale", a déjà annoncé jeudi, le ministre-président wallon, Elio Di Rupo (PS). "Tout ce qu'on a raconté jusqu'ici en matière d'orthodoxie budgétaire a volé en éclat à cause de la crise. Nous nous attendons à un trou béant en termes de recettes et nos dépenses sont obligatoires pour répondre aux besoins", a-t-il ajouté en se déclarant néanmoins "optimiste". "Optimiste, car il faut toujours regarder et penser l'après. Comment va-t-on s'en sortir? C'est à ça qu'il faut réfléchir aujourd'hui", a-t-il dit.

Début juin, le ministre Crucke (MR) s'était quant à lui déclaré "serein" à l'idée de ce conclave même si, selon un scénario basé sur les chiffres du mois passé, le PIB régional pourrait chuter de 10,6% cette année, avant de regagner 8,2% l'an prochain.

La Wallonie aurait besoin de 4,221 milliards

Selon ce même scénario, l'impact négatif sur les recettes, lui, atteindrait 720,4 millions d'euros cette année et 632,6 millions en 2021 tandis que les dépenses s'élèveraient à 1,134 milliard en 2020, dont 709 millions de dépenses hors trajectoire budgétaire. Quant aux besoins de financement de la Wallonie, ils se monteraient à un total de 4,221 milliards d'euros, dont 2,792 milliards de financement initial et 1,429 milliard lié au covid-19.

Depuis, M. Crucke a assuré que ces besoins étaient "totalement couverts par les emprunts que nous avons réalisés sur les marchés", à un taux moyen de 0,745% pour la trentaine d'opérations réalisées. Parvenir à une couverture des besoins actuels de la Région, "c'était l'objectif que nous nous étions assignés avant l'ajustement budgétaire" qui doit débuter ce samedi. "Nous pouvons aujourd'hui y arriver sereinement", avait encore souligné le ministre.

(11/07/2020 : 19:31)

Un temps assez sec et ensoleillé ce week-end avant un retour des nuages et de la pluie 

(Belga) L'après-midi de ce samedi sera marquée par une alternance d'éclaircies et de nuages, avec un risque de quelques averses locales. Les maxima iront de 16 à 21 degrés. Dimanche et lundi, l'Institut royal météorologique (IRM) prévoit un temps sec et ensoleillé avec graduellement aussi quelques nuages. Il fera plus doux en début de semaine avec des maxima autour de 23 degrés. Des pluies ou des averses feront leur retour mardi à partir de l'ouest.

Dimanche, le temps sera d'abord ensoleillé. Dans le courant de la journée, le ciel deviendra plus changeant dans l'intérieur des terres mais le temps restera sec. Les maxima se situeront entre 18 degrés en Hautes-Fagnes et 22 ou 23 degrés dans le centre du pays. Le vent sera faible à modéré et modéré à la Côte. Mêmes prévisions pour lundi, avec le possible développement de nuages dans le courant de la journée. Les températures maximales varieront entre 20 et 22 degrés en Ardenne ainsi que dans la région côtière et jusque 25 degrés en Gaume. Le vent sera faible. Mardi, le ciel deviendra très nuageux avec de la pluie ou quelques averses à partir de l'ouest du pays. Les maxima oscilleront entre 17 et 22 degrés. Mercredi, le temps sera partiellement à parfois très nuageux avec quelques averses. Avec des températures qui ne dépasseront pas 15 à 19 degrés, il fera assez frais pour la saison. Jeudi, le ciel sera encore en partie nuageux avec toujours quelques averses isolées. Il fera, par contre, un peu plus doux avec des maxima de 17 à 21 degrés. Vendredi et samedi, le temps devrait rester généralement sec avec des éclaircies et des passages nuageux. Les maxima seront compris entre 18 et 24 degrés. (Belga)

Un temps assez sec et ensoleillé ce week-end avant un retour des nuages et de la pluie 

(Belga) L'après-midi de ce samedi sera marquée par une alternance d'éclaircies et de nuages, avec un risque de quelques averses locales. Les maxima iront de 16 à 21 degrés. Dimanche et lundi, l'Institut royal météorologique (IRM) prévoit un temps sec et ensoleillé avec graduellement aussi quelques nuages. Il fera plus doux en début de semaine avec des maxima autour de 23 degrés. Des pluies ou des averses feront leur retour mardi à partir de l'ouest.

Dimanche, le temps sera d'abord ensoleillé. Dans le courant de la journée, le ciel deviendra plus changeant dans l'intérieur des terres mais le temps restera sec. Les maxima se situeront entre 18 degrés en Hautes-Fagnes et 22 ou 23 degrés dans le centre du pays. Le vent sera faible à modéré et modéré à la Côte. Mêmes prévisions pour lundi, avec le possible développement de nuages dans le courant de la journée. Les températures maximales varieront entre 20 et 22 degrés en Ardenne ainsi que dans la région côtière et jusque 25 degrés en Gaume. Le vent sera faible. Mardi, le ciel deviendra très nuageux avec de la pluie ou quelques averses à partir de l'ouest du pays. Les maxima oscilleront entre 17 et 22 degrés. Mercredi, le temps sera partiellement à parfois très nuageux avec quelques averses. Avec des températures qui ne dépasseront pas 15 à 19 degrés, il fera assez frais pour la saison. Jeudi, le ciel sera encore en partie nuageux avec toujours quelques averses isolées. Il fera, par contre, un peu plus doux avec des maxima de 17 à 21 degrés. Vendredi et samedi, le temps devrait rester généralement sec avec des éclaircies et des passages nuageux. Les maxima seront compris entre 18 et 24 degrés. (Belga)

(11/07/2020 : 11:51)

Masque obligatoire dès aujourd'hui, les pharmaciens sont prêts: "On sentait que ça allait venir" 

Il reste encore beaucoup de masques dans les stocks commandés par le gouvernement. Ils sont toujours disponibles gratuitement en pharmacie. Seuls 3,5 millions d'entre eux ont déjà été distribués.

"Depuis une semaine, on a fait nos stocks. On sentait que ça allait venir donc nous sommes prêts", a expliqué Bruno Issom, pharmacien à Schaerbeek. Ce dernier est donc prêt à répondre à une demande de clients en manque de masques quand elle se présentera.

"J'en ai 40 environ. J'en achèterais plus si besoin", a confié une cliente de la pharmacie de Bruno Issom. Les clients semblent déjà bien équipés. Ils ne se sont pas rués sur les masques offerts par le fédéral. Sur les 1000 commandés, 750 dorment encore dans le tiroir de la pharmacie."On a tellement attendu les masques que je crois que toutes les familles avaient déjà eu le temps de constituer leur stock", a précisé Bruno Issom.

Même constat dans une autre pharmacie qui se situe trois rues plus loin. "Sur un carton de 1000 masques reçus du gouvernement, il m'en reste 788", a détaillé William Ngandjong, pharmacien portant un carton qui peine à se vider.

Pour ce pharmacien, cela est causé par le doute que continue d'inspirer ces masques en tissu. "La température de lavage 60 degrés ou 30 degrés... Les clients ne savaient plus quoi exactement. Et la composition des masques, les composants, parce que selon les rumeurs, il y avait des composants toxiques dans ces masques, or ce n'est pas vrai puisque c'était homologué", a expliqué le pharmacien.

Il n'y a donc pas de raison de s'en priver, surtout avec l'obligation d'entrer masqué dans les magasins. Les pharmacies ne faisant pas exception.

Masque obligatoire dès aujourd'hui, les pharmaciens sont prêts: "On sentait que ça allait venir" 

Il reste encore beaucoup de masques dans les stocks commandés par le gouvernement. Ils sont toujours disponibles gratuitement en pharmacie. Seuls 3,5 millions d'entre eux ont déjà été distribués.

"Depuis une semaine, on a fait nos stocks. On sentait que ça allait venir donc nous sommes prêts", a expliqué Bruno Issom, pharmacien à Schaerbeek. Ce dernier est donc prêt à répondre à une demande de clients en manque de masques quand elle se présentera.

"J'en ai 40 environ. J'en achèterais plus si besoin", a confié une cliente de la pharmacie de Bruno Issom. Les clients semblent déjà bien équipés. Ils ne se sont pas rués sur les masques offerts par le fédéral. Sur les 1000 commandés, 750 dorment encore dans le tiroir de la pharmacie."On a tellement attendu les masques que je crois que toutes les familles avaient déjà eu le temps de constituer leur stock", a précisé Bruno Issom.

Même constat dans une autre pharmacie qui se situe trois rues plus loin. "Sur un carton de 1000 masques reçus du gouvernement, il m'en reste 788", a détaillé William Ngandjong, pharmacien portant un carton qui peine à se vider.

Pour ce pharmacien, cela est causé par le doute que continue d'inspirer ces masques en tissu. "La température de lavage 60 degrés ou 30 degrés... Les clients ne savaient plus quoi exactement. Et la composition des masques, les composants, parce que selon les rumeurs, il y avait des composants toxiques dans ces masques, or ce n'est pas vrai puisque c'était homologué", a expliqué le pharmacien.

Il n'y a donc pas de raison de s'en priver, surtout avec l'obligation d'entrer masqué dans les magasins. Les pharmacies ne faisant pas exception.

(11/07/2020 : 10:41)

Coronavirus en Belgique - BILAN DU JOUR: voici les chiffres 

Le nombre moyen quotidien d'infections a augmenté de 4% durant les sept derniers jours, selon les données publiées sur le site internet de l'Institut de santé publique Sciensano. Les autres indicateurs continuent, eux, de diminuer.

Une légère augmentation du nombre d'infections

Du 1er juillet au 7 juillet, la période la plus récente pour laquelle il existe des chiffres consolidés, il y a ainsi eu en moyenne 84,3 infections par jour, soit 4% de plus que pendant la période précédente de sept jours.

L’augmentation est principalement marquée en province d’Anvers (41 nouvelles infections). Elle se manifeste principalement dans la catégorie d’âge de 20-29 ans (+14 infections, soit une augmentation de 47%) et dans la catégorie de 50-59 ans (+21 infections, soit une augmentation de 68%).

Au niveau national, les 2 dernières semaines ont vu une stabilisation à une légère augmentation du nombre de nouvelles infections, soit entre 80 et 85 nouveaux cas par jour. La plupart des nouvelles infections surviennent actuellement dans la population active (20-59 ans).

Il y a désormais un total de 62.469 cas confirmés de coronavirus en Belgique, soit 112 de plus que le chiffre rapporté vendredi. Pour 100.000 habitants, il y a eu 10,1 cas au cours des deux dernières semaines.

Les autres indicateurs sont en baisse

Les admissions à l’hôpital et les décès continuent à diminuer. On compte 10,1 admissions par jour entre le 4 et le 10 juillet contre 11,1 durant la semaine précédente. On constate donc une baisse de 9% dans le nombre d'admissions.

La moyenne des décès est passée de 4,7 à 2,4 soit une diminution de 48% par rapport à la semaine précédente. 

Le virus a déjà coûté la vie à 9.782 victimes dans le pays. Depuis plusieurs semaines, Sciensano surveille l'épidémie de Covid-19 sur la base de moyennes de sept jours des cas confirmés, des nouvelles admissions confirmées à l'hôpital, des lits de soins intensifs occupés et des décès. Cela permet d'atténuer l'effet des week-ends.

Coronavirus en Belgique - BILAN DU JOUR: voici les chiffres 

Le nombre moyen quotidien d'infections a augmenté de 4% durant les sept derniers jours, selon les données publiées sur le site internet de l'Institut de santé publique Sciensano. Les autres indicateurs continuent, eux, de diminuer.

Une légère augmentation du nombre d'infections

Du 1er juillet au 7 juillet, la période la plus récente pour laquelle il existe des chiffres consolidés, il y a ainsi eu en moyenne 84,3 infections par jour, soit 4% de plus que pendant la période précédente de sept jours.

L’augmentation est principalement marquée en province d’Anvers (41 nouvelles infections). Elle se manifeste principalement dans la catégorie d’âge de 20-29 ans (+14 infections, soit une augmentation de 47%) et dans la catégorie de 50-59 ans (+21 infections, soit une augmentation de 68%).

Au niveau national, les 2 dernières semaines ont vu une stabilisation à une légère augmentation du nombre de nouvelles infections, soit entre 80 et 85 nouveaux cas par jour. La plupart des nouvelles infections surviennent actuellement dans la population active (20-59 ans).

Il y a désormais un total de 62.469 cas confirmés de coronavirus en Belgique, soit 112 de plus que le chiffre rapporté vendredi. Pour 100.000 habitants, il y a eu 10,1 cas au cours des deux dernières semaines.

Les autres indicateurs sont en baisse

Les admissions à l’hôpital et les décès continuent à diminuer. On compte 10,1 admissions par jour entre le 4 et le 10 juillet contre 11,1 durant la semaine précédente. On constate donc une baisse de 9% dans le nombre d'admissions.

La moyenne des décès est passée de 4,7 à 2,4 soit une diminution de 48% par rapport à la semaine précédente. 

Le virus a déjà coûté la vie à 9.782 victimes dans le pays. Depuis plusieurs semaines, Sciensano surveille l'épidémie de Covid-19 sur la base de moyennes de sept jours des cas confirmés, des nouvelles admissions confirmées à l'hôpital, des lits de soins intensifs occupés et des décès. Cela permet d'atténuer l'effet des week-ends.

(11/07/2020 : 09:00)

Port du masque obligatoire dans plusieurs lieux publics: les jeunes enfants dispensés, les personnes malades peuvent porter une autre protection 

Le port du masque, déjà obligatoire dans les transports en commun, est imposé dès ce samedi dans les magasins, centres commerciaux, cinémas, salles de spectacle ou de conférence, auditoires, lieux de culte, musées, bibliothèques, casinos, agences bancaires ou encore dans les bâtiments de justice. La liste pourrait encore s'allonger en fonction de l'évolution de la situation sanitaire.

  • Les enfants de moins de 12 ans sont dispensés de ce masque

Pour ces jeunes personnes, le port du masque dans les différents lieux énoncés n'est pas obligatoire. S'ils ne portent pas de protection, leurs parents ne s'exposent donc pas à une sanction.

  •  Les personnes qui ne peuvent pas porter un masque pour des raisons médicales doivent porter une autre protection

Pour certaines personnes souffrant de maladies, le port du masque n'est pas supportable comme nous l'explique Jean-Luc Gala, chef des cliniques universitaires Saint-Luc. On parle notamment "des gens qui ont de la bronchite, qui font des pneumonies, qui ont une altération cardiovasculaire importante".

Problème: ces personnes figurent parmi les catégories à risque. Une protection pourrait donc leur être bénéfique. "C'est pour cela qu'on se trouve dans une situation un peu compliquée: celle de recommander le port du masque à quelqu'un qui de manière spontanée, va peut être éprouver quelques difficultés à l'accepter", souligne Jean-Luc Gala. 

A défaut de masque, elles peuvent alors porter un foulard, un écharpe ou toute autre protection "Lorsque le port d'un masque ou de toute autre alternative en tissu n'est pas possible pour des raisons médicales, un écran facial peut être utilisé", précise l'arrêté. 

"On est bien d'accord que ce n'est pas l'idéal absolu, mais on dit toujours et c'est tout à fait vrai, 'mieux vaut une mauvaise filtration que pas de filtration du tout' ", conclut le chef des cliniques universitaires Saint-Luc.

Port du masque obligatoire dans plusieurs lieux publics: les jeunes enfants dispensés, les personnes malades peuvent porter une autre protection 

Le port du masque, déjà obligatoire dans les transports en commun, est imposé dès ce samedi dans les magasins, centres commerciaux, cinémas, salles de spectacle ou de conférence, auditoires, lieux de culte, musées, bibliothèques, casinos, agences bancaires ou encore dans les bâtiments de justice. La liste pourrait encore s'allonger en fonction de l'évolution de la situation sanitaire.

  • Les enfants de moins de 12 ans sont dispensés de ce masque

Pour ces jeunes personnes, le port du masque dans les différents lieux énoncés n'est pas obligatoire. S'ils ne portent pas de protection, leurs parents ne s'exposent donc pas à une sanction.

  •  Les personnes qui ne peuvent pas porter un masque pour des raisons médicales doivent porter une autre protection

Pour certaines personnes souffrant de maladies, le port du masque n'est pas supportable comme nous l'explique Jean-Luc Gala, chef des cliniques universitaires Saint-Luc. On parle notamment "des gens qui ont de la bronchite, qui font des pneumonies, qui ont une altération cardiovasculaire importante".

Problème: ces personnes figurent parmi les catégories à risque. Une protection pourrait donc leur être bénéfique. "C'est pour cela qu'on se trouve dans une situation un peu compliquée: celle de recommander le port du masque à quelqu'un qui de manière spontanée, va peut être éprouver quelques difficultés à l'accepter", souligne Jean-Luc Gala. 

A défaut de masque, elles peuvent alors porter un foulard, un écharpe ou toute autre protection "Lorsque le port d'un masque ou de toute autre alternative en tissu n'est pas possible pour des raisons médicales, un écran facial peut être utilisé", précise l'arrêté. 

"On est bien d'accord que ce n'est pas l'idéal absolu, mais on dit toujours et c'est tout à fait vrai, 'mieux vaut une mauvaise filtration que pas de filtration du tout' ", conclut le chef des cliniques universitaires Saint-Luc.

(11/07/2020 : 13:57)

Coronavirus - Le nombre moyen d'infections augmente de 4%, les autres indicateurs encore à la baisse 

(Belga) Le nombre moyen quotidien d'infections a augmenté de 4% durant les sept derniers jours, selon les données publiées sur le site internet de l'Institut de santé publique Sciensano. Les autres indicateurs continuent, eux, de diminuer.

Comme depuis quelques jours, le nombre moyen de nouvelles infections a encore augmenté. Du 1er juillet au 7 juillet, la période la plus récente pour laquelle il existe des chiffres consolidés, il y a ainsi eu en moyenne 84,3 infections par jour, soit 4% de plus que pendant la période précédente de sept jours. Les autres indicateurs sont en baisse. Le nombre d'admissions est passé d'une moyenne de 11,1 à 10,1, tandis que la moyenne des décès est passée de 4,7 à 2,4, à en croire les données du tableau de bord (dashboard) de Sciensano. Il y a désormais un total de 62.469 cas confirmés de coronavirus en Belgique, soit 112 de plus que le chiffre rapporté vendredi. Pour 100.000 habitants, il y a eu 10,1 cas au cours des deux dernières semaines. Le virus a déjà coûté la vie à 9.782 victimes dans le pays. Depuis plusieurs semaines, Sciensano surveille l'épidémie de Covid-19 sur la base de moyennes de sept jours des cas confirmés, des nouvelles admissions confirmées à l'hôpital, des lits de soins intensifs occupés et des décès. Cela permet d'atténuer l'effet des week-ends. (Belga)

Coronavirus - Le nombre moyen d'infections augmente de 4%, les autres indicateurs encore à la baisse 

(Belga) Le nombre moyen quotidien d'infections a augmenté de 4% durant les sept derniers jours, selon les données publiées sur le site internet de l'Institut de santé publique Sciensano. Les autres indicateurs continuent, eux, de diminuer.

Comme depuis quelques jours, le nombre moyen de nouvelles infections a encore augmenté. Du 1er juillet au 7 juillet, la période la plus récente pour laquelle il existe des chiffres consolidés, il y a ainsi eu en moyenne 84,3 infections par jour, soit 4% de plus que pendant la période précédente de sept jours. Les autres indicateurs sont en baisse. Le nombre d'admissions est passé d'une moyenne de 11,1 à 10,1, tandis que la moyenne des décès est passée de 4,7 à 2,4, à en croire les données du tableau de bord (dashboard) de Sciensano. Il y a désormais un total de 62.469 cas confirmés de coronavirus en Belgique, soit 112 de plus que le chiffre rapporté vendredi. Pour 100.000 habitants, il y a eu 10,1 cas au cours des deux dernières semaines. Le virus a déjà coûté la vie à 9.782 victimes dans le pays. Depuis plusieurs semaines, Sciensano surveille l'épidémie de Covid-19 sur la base de moyennes de sept jours des cas confirmés, des nouvelles admissions confirmées à l'hôpital, des lits de soins intensifs occupés et des décès. Cela permet d'atténuer l'effet des week-ends. (Belga)

(11/07/2020 : 07:37)

Coronavirus - Le nombre moyen d'infections augmente de 4%, les autres indicateurs encore à la baisse 

(Belga) Le nombre moyen quotidien d'infections a augmenté de 4% durant les sept derniers jours, selon les données publiées sur le site internet de l'Institut de santé publique Sciensano. Les autres indicateurs continuent, eux, de diminuer.

Comme depuis quelques jours, le nombre moyen de nouvelles infections a encore augmenté. Du 1er juillet au 7 juillet, la période la plus récente pour laquelle il existe des chiffres consolidés, il y a ainsi eu en moyenne 84,3 infections par jour, soit 4% de plus que pendant la période précédente de sept jours. Les autres indicateurs sont en baisse. Le nombre d'admissions est passé d'une moyenne de 11,1 à 10,1, tandis que la moyenne des décès est passée de 4,7 à 2,4, à en croire les données du tableau de bord (dashboard) de Sciensano. Il y a désormais un total de 62.469 cas confirmés de coronavirus en Belgique, soit 112 de plus que le chiffre rapporté vendredi. Pour 100.000 habitants, il y a eu 10,1 cas au cours des deux dernières semaines. Le virus a déjà coûté la vie à 9.782 victimes dans le pays. Depuis plusieurs semaines, Sciensano surveille l'épidémie de Covid-19 sur la base de moyennes de sept jours des cas confirmés, des nouvelles admissions confirmées à l'hôpital, des lits de soins intensifs occupés et des décès. Cela permet d'atténuer l'effet des week-ends. (Belga)

Coronavirus - Le nombre moyen d'infections augmente de 4%, les autres indicateurs encore à la baisse 

(Belga) Le nombre moyen quotidien d'infections a augmenté de 4% durant les sept derniers jours, selon les données publiées sur le site internet de l'Institut de santé publique Sciensano. Les autres indicateurs continuent, eux, de diminuer.

Comme depuis quelques jours, le nombre moyen de nouvelles infections a encore augmenté. Du 1er juillet au 7 juillet, la période la plus récente pour laquelle il existe des chiffres consolidés, il y a ainsi eu en moyenne 84,3 infections par jour, soit 4% de plus que pendant la période précédente de sept jours. Les autres indicateurs sont en baisse. Le nombre d'admissions est passé d'une moyenne de 11,1 à 10,1, tandis que la moyenne des décès est passée de 4,7 à 2,4, à en croire les données du tableau de bord (dashboard) de Sciensano. Il y a désormais un total de 62.469 cas confirmés de coronavirus en Belgique, soit 112 de plus que le chiffre rapporté vendredi. Pour 100.000 habitants, il y a eu 10,1 cas au cours des deux dernières semaines. Le virus a déjà coûté la vie à 9.782 victimes dans le pays. Depuis plusieurs semaines, Sciensano surveille l'épidémie de Covid-19 sur la base de moyennes de sept jours des cas confirmés, des nouvelles admissions confirmées à l'hôpital, des lits de soins intensifs occupés et des décès. Cela permet d'atténuer l'effet des week-ends. (Belga)

(11/07/2020 : 07:37)

Formation fédérale - Jan Jambon veut deux ministres pour une série de portefeuilles 

(Belga) Le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) a lancé une proposition surprenante samedi dans le cadre des négociations pour la formation d'un gouvernement fédéral. Il suggère ainsi, dans Het Nieuwsblad, de répartir une série de portefeuilles ministériels entre un ministre néerlandophone et un ministre francophone.

"Le ministre flamand de l'Emploi (au sein du gouvernement fédéral, NDLR) travaillerait alors en étroite collaboration avec son collègue de l'Emploi au sein du gouvernement flamand", explique Jan Jambon dans une interview accordée au journal flamand à l'occasion de la fête de la Communauté flamande. "Ensemble, ils seraient alors responsables d'une politique sur mesure pour la Flandre." Le ministre-président lance également une proposition similaire pour d'autres domaines, mais ne souhaite pas les citer concrètement. Les plus logiques semblent être la Santé publique et l'Economie, qui sont également des compétences partagées avec les entités fédérées. Le nationaliste flamand considère ces ministres supplémentaires comme une mesure transitoire. "En attendant, nous pouvons travailler à la poursuite de la répartition des compétences", poursuit-il. Le but ultime de Jan Jambon reste le confédéralisme. L'homme fort de la N-VA tend par ailleurs la main aux socialistes francophones. "Le PS doit encore une fois réfléchir s'il ne souhaite pas conclure avec nous un grand accord. Si nos souhaits respectifs divergent à ce point au plan socio-économique, prenons-en acte. Scindons les compétences pour que la Wallonie puisse enfin mener la politique de gauche que ses électeurs souhaitent et pour que nous, en Flandre, puissions faire ce que demandent nos électeurs", lance-t-il dans une interview à De Tijd. Jan Jambon répète que son parti est prêt à négocier un mécanisme financier de transition "de dix ans ou plus". "Je ne dis pas cela seulement par amour pour la Wallonie, mais également par rapport à notre propre intérêt. Si nous coupons les transferts du jour au lendemain, la paupérisation en Wallonie serait gigantesque. Ce n'est pas digne humainement. Et nous serions également préjudiciés, dans la mesure où la Wallonie demeure notre plus important partenaire commercial." Enfin, le ministre-président flamand n'exclut pas de nouvelles élections, dont il assure que la N-VA n'a pas peur. "La situation sera sans doute encore plus compliquée après de nouvelles élections, mais voilà, s'il faut passer par là..." (Belga)

Formation fédérale - Jan Jambon veut deux ministres pour une série de portefeuilles 

(Belga) Le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) a lancé une proposition surprenante samedi dans le cadre des négociations pour la formation d'un gouvernement fédéral. Il suggère ainsi, dans Het Nieuwsblad, de répartir une série de portefeuilles ministériels entre un ministre néerlandophone et un ministre francophone.

"Le ministre flamand de l'Emploi (au sein du gouvernement fédéral, NDLR) travaillerait alors en étroite collaboration avec son collègue de l'Emploi au sein du gouvernement flamand", explique Jan Jambon dans une interview accordée au journal flamand à l'occasion de la fête de la Communauté flamande. "Ensemble, ils seraient alors responsables d'une politique sur mesure pour la Flandre." Le ministre-président lance également une proposition similaire pour d'autres domaines, mais ne souhaite pas les citer concrètement. Les plus logiques semblent être la Santé publique et l'Economie, qui sont également des compétences partagées avec les entités fédérées. Le nationaliste flamand considère ces ministres supplémentaires comme une mesure transitoire. "En attendant, nous pouvons travailler à la poursuite de la répartition des compétences", poursuit-il. Le but ultime de Jan Jambon reste le confédéralisme. L'homme fort de la N-VA tend par ailleurs la main aux socialistes francophones. "Le PS doit encore une fois réfléchir s'il ne souhaite pas conclure avec nous un grand accord. Si nos souhaits respectifs divergent à ce point au plan socio-économique, prenons-en acte. Scindons les compétences pour que la Wallonie puisse enfin mener la politique de gauche que ses électeurs souhaitent et pour que nous, en Flandre, puissions faire ce que demandent nos électeurs", lance-t-il dans une interview à De Tijd. Jan Jambon répète que son parti est prêt à négocier un mécanisme financier de transition "de dix ans ou plus". "Je ne dis pas cela seulement par amour pour la Wallonie, mais également par rapport à notre propre intérêt. Si nous coupons les transferts du jour au lendemain, la paupérisation en Wallonie serait gigantesque. Ce n'est pas digne humainement. Et nous serions également préjudiciés, dans la mesure où la Wallonie demeure notre plus important partenaire commercial." Enfin, le ministre-président flamand n'exclut pas de nouvelles élections, dont il assure que la N-VA n'a pas peur. "La situation sera sans doute encore plus compliquée après de nouvelles élections, mais voilà, s'il faut passer par là..." (Belga)

(11/07/2020 : 07:20)

Au cinéma, le masque devient obligatoire dès aujourd'hui sauf pour... boire et manger 

Le masque buccal ne pourra être retiré par les spectateurs dans les salles de cinéma et de théâtre uniquement pour manger ou boire, a précisé vendredi soir le cabinet du ministre de l'Intérieur Pieter De Crem. L'arrêté ministériel imposant dès samedi le port du masque dans plusieurs lieux publics, dont les cinémas mais aussi les magasins et centres commerciaux notamment, vient d'être publié.

La règle concernant les cinémas et théâtres sera précisée dans la foire aux questions (FAQ) du site info-coronavirus.be. "La FAQ contiendra une disposition autorisant d'enlever son masque le temps de la consommation" de nourriture ou de boissons, explique le cabinet du ministre.

L'exploitant de salles de cinéma Kinepolis avait demandé à ce que le masque ne soit imposé que lors des déplacements dans les bâtiments, à l'instar de ce qui est pratiqué en France ou au Grand-Duché du Luxembourg. Le groupe souhaitait que les spectateurs puissent retirer leur protection une fois assis. 

Au cinéma, le masque devient obligatoire dès aujourd'hui sauf pour... boire et manger 

Le masque buccal ne pourra être retiré par les spectateurs dans les salles de cinéma et de théâtre uniquement pour manger ou boire, a précisé vendredi soir le cabinet du ministre de l'Intérieur Pieter De Crem. L'arrêté ministériel imposant dès samedi le port du masque dans plusieurs lieux publics, dont les cinémas mais aussi les magasins et centres commerciaux notamment, vient d'être publié.

La règle concernant les cinémas et théâtres sera précisée dans la foire aux questions (FAQ) du site info-coronavirus.be. "La FAQ contiendra une disposition autorisant d'enlever son masque le temps de la consommation" de nourriture ou de boissons, explique le cabinet du ministre.

L'exploitant de salles de cinéma Kinepolis avait demandé à ce que le masque ne soit imposé que lors des déplacements dans les bâtiments, à l'instar de ce qui est pratiqué en France ou au Grand-Duché du Luxembourg. Le groupe souhaitait que les spectateurs puissent retirer leur protection une fois assis. 

(11/07/2020 : 07:04)

Prévisions météo: un beau week-end en perspective 

Ce matin, le temps sera peu nuageux en de nombreux endroits avec risque d'un banc de brouillard dans les vallées ardennaises. En cours de journée, des éclaircies alterneront avec des nuages cumuliformes; au littoral, il fera souvent ensoleillé cet après-midi. Quelques petites averses pourront encore se développer, mais dans la plupart des régions le temps restera sec. Les maxima seront compris entre 16 degrés en Hautes Fagnes, 18 degrés à la côte et 20 à 21 degrés dans le centre. Le vent sera d'abord faible de directions variées, puis modéré de secteur nord-ouest.
 
Ce soir, nous prévoyons un temps généralement peu nuageux sur l'ouest du pays. Sur l'est par contre, le ciel sera partiellement nuageux avec encore le risque de quelques petites averses localisées. La nuit prochaine, il fera sec avec souvent de larges éclaircies et quelques champs de nuages. De la brume ou un banc de brouillard pourront se former par endroits. Les minima varieront entre 5 et 11 degrés. Le vent faible de secteur nord s'orientera au secteur nord-est ou deviendra variable au littoral.
 
Dimanche, le ciel sera d'abord ensoleillé. Dans le courant de la journée, le temps deviendra partiellement nuageux. Il fera sec avec des maxima entre 18 et 22 degrés. Vent faible à parfois modéré de direction variable ou de secteur nord-est.
 
Lundi, le temps restera sec et assez ensoleillé. Dans le courant de la journée, il y aura formation de nuages cumuliformes et davantage de nuages élevés. Les maxima se situeront entre 19 et 24 degrés sous un vent faible de direction variable ou de secteur nord.
 
Mardi, nous prévoyons une nébulosité abondante avec des périodes de pluie ou d'averses à partir de l'ouest. Les maxima se situeront entre 17 et 21 degrés. Le vent sera modéré de secteur sud-ouest.
 
Mercredi, le ciel sera partiellement à très nuageux avec parfois des averses. Il fera assez frais pour la saison avec des maxima entre 15 et 18 degrés. Le vent sera modéré de nord-ouest.
 
Jeudi, nous prévoyons une alternance d'éclaircies et de passages nuageux avec encore le risque d'une averse locale. Il fera plus doux avec des maxima entre 17 et 22 degrés.
 
Vendredi, le temps restera sec avec parfois des éclaircies. Les maxima seront compris entre 18 et 23 degrés.
 

 

 

Prévisions météo: un beau week-end en perspective 

Ce matin, le temps sera peu nuageux en de nombreux endroits avec risque d'un banc de brouillard dans les vallées ardennaises. En cours de journée, des éclaircies alterneront avec des nuages cumuliformes; au littoral, il fera souvent ensoleillé cet après-midi. Quelques petites averses pourront encore se développer, mais dans la plupart des régions le temps restera sec. Les maxima seront compris entre 16 degrés en Hautes Fagnes, 18 degrés à la côte et 20 à 21 degrés dans le centre. Le vent sera d'abord faible de directions variées, puis modéré de secteur nord-ouest.
 
Ce soir, nous prévoyons un temps généralement peu nuageux sur l'ouest du pays. Sur l'est par contre, le ciel sera partiellement nuageux avec encore le risque de quelques petites averses localisées. La nuit prochaine, il fera sec avec souvent de larges éclaircies et quelques champs de nuages. De la brume ou un banc de brouillard pourront se former par endroits. Les minima varieront entre 5 et 11 degrés. Le vent faible de secteur nord s'orientera au secteur nord-est ou deviendra variable au littoral.
 
Dimanche, le ciel sera d'abord ensoleillé. Dans le courant de la journée, le temps deviendra partiellement nuageux. Il fera sec avec des maxima entre 18 et 22 degrés. Vent faible à parfois modéré de direction variable ou de secteur nord-est.
 
Lundi, le temps restera sec et assez ensoleillé. Dans le courant de la journée, il y aura formation de nuages cumuliformes et davantage de nuages élevés. Les maxima se situeront entre 19 et 24 degrés sous un vent faible de direction variable ou de secteur nord.
 
Mardi, nous prévoyons une nébulosité abondante avec des périodes de pluie ou d'averses à partir de l'ouest. Les maxima se situeront entre 17 et 21 degrés. Le vent sera modéré de secteur sud-ouest.
 
Mercredi, le ciel sera partiellement à très nuageux avec parfois des averses. Il fera assez frais pour la saison avec des maxima entre 15 et 18 degrés. Le vent sera modéré de nord-ouest.
 
Jeudi, nous prévoyons une alternance d'éclaircies et de passages nuageux avec encore le risque d'une averse locale. Il fera plus doux avec des maxima entre 17 et 22 degrés.
 
Vendredi, le temps restera sec avec parfois des éclaircies. Les maxima seront compris entre 18 et 23 degrés.
 

 

 

(11/07/2020 : 06:35)

Week-end variable mais généralement sec 

(Belga) Le temps sera peu nuageux en de nombreux endroits samedi matin, avec risque d'un banc de brouillard dans les vallées ardennaises, selon les prévisions de l'IRM. En cours de journée, des éclaircies alterneront avec des nuages cumuliformes. Au littoral, il fera souvent ensoleillé cet après-midi. Quelques petites averses pourront encore se développer, mais dans la plupart des régions le temps restera sec. Les maxima seront compris entre 16 degrés en Hautes Fagnes, 18 degrés à la côte et 20 à 21 degrés dans le centre. Le vent sera d'abord faible de directions variées, puis modéré de secteur nord-ouest.

Samedi soir, le temps sera généralement peu nuageux sur l'ouest du pays. Sur l'est par contre, le ciel sera partiellement nuageux avec encore le risque de quelques petites averses localisées. La nuit prochaine, il fera sec avec souvent de larges éclaircies et quelques champs de nuages. De la brume ou un banc de brouillard pourront se former par endroits. Les minima varieront entre 5 et 11 degrés. Le vent faible de secteur nord s'orientera au secteur nord-est ou deviendra variable au littoral. Dimanche, le ciel sera d'abord ensoleillé. Dans le courant de la journée, le temps deviendra partiellement nuageux. Il fera sec avec des maxima entre 18 et 22 degrés. Le vent sera faible à parfois modéré de direction variable ou de secteur nord-est. (Belga)

Week-end variable mais généralement sec 

(Belga) Le temps sera peu nuageux en de nombreux endroits samedi matin, avec risque d'un banc de brouillard dans les vallées ardennaises, selon les prévisions de l'IRM. En cours de journée, des éclaircies alterneront avec des nuages cumuliformes. Au littoral, il fera souvent ensoleillé cet après-midi. Quelques petites averses pourront encore se développer, mais dans la plupart des régions le temps restera sec. Les maxima seront compris entre 16 degrés en Hautes Fagnes, 18 degrés à la côte et 20 à 21 degrés dans le centre. Le vent sera d'abord faible de directions variées, puis modéré de secteur nord-ouest.

Samedi soir, le temps sera généralement peu nuageux sur l'ouest du pays. Sur l'est par contre, le ciel sera partiellement nuageux avec encore le risque de quelques petites averses localisées. La nuit prochaine, il fera sec avec souvent de larges éclaircies et quelques champs de nuages. De la brume ou un banc de brouillard pourront se former par endroits. Les minima varieront entre 5 et 11 degrés. Le vent faible de secteur nord s'orientera au secteur nord-est ou deviendra variable au littoral. Dimanche, le ciel sera d'abord ensoleillé. Dans le courant de la journée, le temps deviendra partiellement nuageux. Il fera sec avec des maxima entre 18 et 22 degrés. Le vent sera faible à parfois modéré de direction variable ou de secteur nord-est. (Belga)

(11/07/2020 : 06:24)

09/07/2020 : 23:09